Une usine productrice d’énergie 100% renouvelable : La mitochondrie

Qu’est-ce qu’une mitochondrie ?

La mitochondrie est une partie de la cellule (organite) qui produit l’énergie humaine sous forme d’une molécule : l’ATP (rien à voir avec le classement des joueurs de tennis!), pour Adénosine-Tri-Phosphate . Cette énergie est consommée rapidement et est peu stockée (85 gr en moyenne chez un homme en bonne santé). La production d’énergie doit donc être continue. C’est pourquoi, une personne en bonne santé produit environ 65 kg d’ATP quotidiennement (Rich, 2003).

La mitochondrie est donc une petite usine qui produit l’énergie (l’ATP) via une chaîne de production qui s’appelle la chaîne respiratoire permettant la respiration cellulaire. Oui, vous avez bien lu, une cellule ça respire ! La mitochondrie est à la fois une usine de production d’énergie et un poumon : elle consomme de l’oxygène et produit du gaz carbonique (CO2).

Le couplage de la respiration à la synthèse d’ATP porte le nom d’OXPHOS (Oxydations phosphorylantes, mot compte triple au scrabble 😉).

Chaine respiratoire composée de 5 complexes qui permettent la production d’ATP

Globalement de l’énergie est transférée à travers des complexes, tout au long de la chaîne respiratoire jusqu’à un accepteur final, l’oxygène. Lors de ce transfert d’énergie à l’oxygène, l’ATP est alors produit par l’ATP synthase, par des processus complexes (ça fera l’objet d’un prochain blog plus détaillé 😉 )

Chez l’homme, la plus grande partie de l’énergie utilisée par les cellules est produite ainsi.

Les mitochondries travaillent en équipe, comme un réseau !

Tout d’abord, un peu histoire! C’est dans les années 50, que la mitochondrie a été décrite comme un organite ovoïde (environ 1 µm de diamètre). Une membrane externe et une membrane interne délimitent deux compartiments: l’espace inter-membranaire et la matrice. Dans les années 2000, cette description sera remplacée par le modèle de Frey et Manella (enchantée !), précisant l’organisation interne selon trois membranes : membrane externe, interne et membrane des crêtes (Frey et al. 2000).

Schéma d’une mitochondrie isolée
Image de microscopie du réseau mitochondrial

Ensuite, Bakeeva a décrit les mitochondries comme un ensemble de tubes interconnectés (Bakeeva et al. 1978). Et oui, contrairement à ce que l’on pensait initialement, les mitochondries ne fonctionnent pas que de manière isolée. A l’image de l’être humain, les mitochondries fonctionnent mieux en équipe 😉. Elles forment un réseau appelé le réseau mitochondrial. Il est animé de nombreux mouvements de réorganisation par clivage (fission) et fusion. Toutefois, le lien entre l’état énergétique mitochondrial et sa forme reste à clarifier.

L’énergie, c’est la vie

Les molécules contenues dans les produits du quotidien (ménagers, cosmétiques, phytosanitaires, médicaments…) influencent la production d’énergie. Ainsi, une molécule toxique entraine des anomalies dans les mitochondries qui se dérèglent. Cela entraine la mort des cellules ou leurs dysfonctionnements (cancer, maladies neurodégénératives…). Prendre soin de ses mitochondries est donc essentiel que ce soit chez l’homme, les animaux ou les plantes. Sans énergie, on ne vit pas !

Elysia Bioscience et l’énergie cellulaire

Au sein d’Elysia Bioscience, notre relation avec l’énergie cellulaire est une longue histoire (25 ans d’expériences cumulées). C’est pour cela que nous mettons à votre disposition notre expertise, pour évaluer l’impact de vos molécules sur la santé et l’environnement ! Développez des molécules plus sûres grâce à notre accompagnement R&D.

De plus, les travaux des dix dernières années montrent que la mitochondrie joue aussi un rôle central dans la signalisation cellulaire, la synthèse de molécules et la mort cellulaire. Il ne faut donc pas négliger d’étudier l’impact de vos produits sur les mitochondries !

Externaliser votre R&D avec Elysia Bioscience

Venez découvrir plus en détail notre approche R&D analysant l’énergétique cellulaire

En savoir plus
Partager cet article